Devoirs de Mèmoires

Mémoires et Souvenirs de la Guerre d'Algérie

Bonne Lecture,  et, Merci, de me dire par un petit mot en fin de page, si vous avez  appris des choses sur cette période de Guerre d'Algérie, en lisant celle-ci

lien -- http://www.ina.fr/audio/PHD94017840   sur passation de pouvoirs de la Force Locale 21/04/1962

Audio a écouter de la 8 minute a la 11 minute, ce qu'on peut voir sur www.ina.fr/video/CAF90002960

*************************************************************************************

   " Extrait d'un message reçu de l'historien Guy Pervillé le 23 mars 2013".       " j'ai eu tort de ne pas parler des soldats du contingent français qui ont été affectés dans ces unités( Unités de la Force locale Algérienne) et qui ont eu le sentiment  d'y être des sortes d'otages. A ma décharge, je dois dire que ce sujet a fait l'objet d'une véritable conspiration du silence." .   - Pourquoi ?  .....  

*****************************************************************************

Décret du 9 avril 1962 M. OMAR MOKDAD, PREFET DE ...

www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte...
 
Décret du 9 avril 1962 M. OMAR MOKDAD, PREFET DE SAIDA, EST CHARGE DES FONCTIONS DE DIRECTEUR DE LA FORCE DE L'ORDRE EN ALGERIE.

  Le lieutenant-colonel    Abdelkrim Djebaili sera son adjoint

======================================

Copie extraite d'un autre message ""Une note  824 CSFA/EMI/ORG  prévoyait expressément  la désignation d’office des cadres européens militaires Français pour encadrer les musulmans dans les Forces locales. "" 

=======================================

" Les services accomplis dans la situation que vous décrivez  ne relèvent pas de dispositions spéciales autre que celles applicables, a tous les services effectués en Algérie entre le 31 octobre 1954 et le 3 juillet 1962"  - Réponse du Ministère

=======================================

 ‘‘Un peuple qui n’a plus de mémoire n’a pas d’avenir’’

 

yvon.png

 Un sourire ne coûte rien et produit des merveilles

 Il enrichit celui qui le reçois, sans appauvrir celui qui veut le donner

  Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir  est parfois éternel

Personne n'est pas assez riche pour pouvoir s'en passer

Et n'est pas assez pauvre, pour ne pas le donner

 Il crée le bonheur de notre coeur et de la société

 Il est le signe sensible de l'amour partagé

"Un sourire donne du repos a l'être fatigué,

  Rend du courage au plus découragé"

 

                                                      ************

Jean-François MATTEI, Philosophe, Membre de l'Institut Universitaire de France,
Chroniqueur au « FIGARO »   Sujet : L'AVENIR DE NOTRE PASSE 

Tous les français d'Algérie gardent une blessure au cœur et à l'esprit devant l'injustice dont ils ont été victimes et l'oubli qui recouvre leur déracinement. Si la politique et l'histoire ont occulté leur souffrance, il leur revient de reconstituer une mémoire qu'ils transmettront non seulement à leurs descendants mais à la France. Il n'y a pas de désespoir en politique ni d'oubli en histoire. Tôt ou tard la vérité se fait jour et c'est à ceux qui l'ont vécue de la transmettre à ceux qui ne sont pas encore nés.  

======================================

Déclaration de guerre de l'OAS (19 mars 1962)

En réponse à l'annonce du cessez-le feu, le général Raoul Salan (chef de l'Organisation armée secrète) s'adresse aux anti-indépendantistes d'Algérie qu'il incite à la rébellion contre l'État par le biais d'une allocution radiodiffusée:             « Ici Radio-France, la voix de l'Algérie française. Français, Françaises, un cessez-le feu qui livre à l'ennemi des terres françaises vient d'être consenti. Il s'agit là d'un crime contre l'Histoire de notre nation. Je donne l'ordre à nos combattants de harceler toutes les positions ennemies dans les grandes villes d'Algérie. »

 

messe-19-mars-2013.png

 

arcle-du-triomphe.png

                      19 mars 2013 Cérémonie  a  l'Arc du Triomphe  a  Paris

19-mars-2013.png

     Souvenirs, et, Biographie d’un  Ancien Combattant d’Algérie de Vouneuil sous Biard

                                                                                 PRIOU         Yvon

                         26. 12. 1940    -     ..   ..  …. 

  Ancien Combattant  en 1961- 1962 de la Guerre d’Algérie  01/11/1954 – 19/03/1962

 

Titulaire de la Médaille Commémorative avec agrafe « Algérie » le 11 janvier 1962

Titulaire du Titre de Reconnaissance de la Nation le 19 juin 1973,

    (J.O.R.F du 22 décembre 1967, loi N°67-1114, article 77)

Et de la Croix du Combattant en 1978

 

Militaire diplomate et pacificateur, représentant l’armée française au sein des  Forces Locales de l’Ordre Algériennes  pendant la période transitoire du 19 mars au 1er juillet1962 en Algérie

   Ambassadeur de l’Armée et de la Nation Française le 10 juin 1962 a Guyotville

                  Appelé comme  soldat européen du Contingent, classe 61 I/A,  a combattu du 13 mai 1961 au 19 mars 1962 à midi en Algérie, sous le fanion du 4ème  Bataillon de chasseurs à Pied, dans la 2ème section « Ecarlate » de la 3ème Compagnie «Brun »  en poste à Tifelfel, entre Batna et Biskra.

                - 116 Morts  pour la France ont été répertories dans son régiment de chasseurs qui combattez en zone interdite et d’insécurité dans les Aurès, pendant la Guerre d’Algérie de 1954 a 1962.

                - 13 de ses camarades devaient dans l’année 1961, y laisser leurs vies au cours de ce conflit.

            Au cours d’une des nombreuses opération,s qu’il a effectuées dans les Aurés pendant son séjour,  où, suite à la blessure de son camarade tireur du F.M  A.A.52, au cours d’une embuscade à Tahanamet, il fut prit  ensuite aussi pour cible ,et  il avait vidé quatre chargeurs  de M.A.S  49-56 sur une crête du djebel de l’AmarKhadou,  d’où provenaient les tirs , permettant le décrochage des fellagas. R.A.S  au cours de cette guérilla du  9 Août 1961, où, par sa position avancée qu’il avait conservée et préservée, avant l’arrivée des renforts, il avait assuré la protection de ses camarades et la garde de   l’AA 52, que son camarade grièvement blessé aux mains, avait dut laisser sur place  ne pouvant la reprendre avec ses blessures

Par  le   Décret  62-306 du 19 mars 1962 Journal Officiel du 20 Mars 1962,   Militaire de 2ème Classe du 4ème B.C.P, fut désigner ensuite pour représenter, la  FRANCE Métropolitaine, dans l'effectif de l'encadrement militaire français de métropole, F.S.E dans la Force Locale de l’ordre Algérienne, aux ordres de L’Exécutif Provisoire Algérien après le Cessez le feu du 19 Mars 1962.   Il fut donc détaché du 6 avril 1962 au 1er  juillet 1962, à la 434èmeUnion des Forces Locales,  à Tkout   (434 U.F.L  S.P. 86.934)  et à Guyotville  (434 U.F.O.  S.P 89.949) ; Forces locales de l’ordre Algérienne crées  à Chalain  Jura, le 12 février 1962, et prévues dans les Accords d'Evian du 18 Mars 1962, composées de 10% de militaires  français d’origine européennes.

                Comme planton,  il eu comme mission entre autre, d’accueillir tout les matins un lieutenant de L’A.L.N. émissaire de Tunis au cantonnement à Tkout, au milieu des Aurés où des drapeaux Verts et Blancs flottaient sur toutes les Mechtas et de faire de même ensuite à Guyotville du 5 juin au 29 juin1962 où, l’OAS appliquer la politique de la terre brûlée.

                Il fut reçu en «diplomate », lors d'une visite le 10 juin 1962 en ville  dans une infirmerie àGuyotville. Effectua cette visite, à l'infirmerie provisoire de I'Armée de Libération Nationale, installée au rez-de-chaussée d’un H.L.M. à Guyotville, sur ordre du capitaine Lucien Goetz, commandant de l’unité 434      .Comme militaire Français européen, muni d'un brassard de la croix rouge du service santé des armées, le ceinturon et le pistolet du capitaine, avec son camarade infirmier J…C… du 79, il fut accueilli ce jour-là, par une double haie d’honneur d’une garde armée de l’A.L.N,  et par des responsables de I'Armée de Libération Nationale Algérienne.

Le 15 juin 1962, il avait escorté de Guyotville à Alger, seul dans la jeep, son capitaine qui conduisait, pour une mission urgente secrète,( pour assister aux discutions qui avaient eu lieu,        « Accords O.A.S - F.LN») ?. 

        - 17 de ses camarades devaient trouvés la mort lors d’un attentat de l’O.A.S   dans des locaux de la Mairie d’Alger, suite a cette réunion ce soir là.

            Au milieu d’une circulation imposante et d’une foule assourdissante, le matin du  1er juillet 1962, il avait accompagné le Capitaine Lucien Goetz  de l’unité 434 et le nouveau chauffeur de la jeep J…M   du 86, pour aller vérifier l’installation des bureaux de vote de Guyotville, pendant que l’armée Française était consignée dans leurs cantonnements respectives.     Au soir de ces élections,il fut considérer ensuite comme déserteur, les 3 et 4 juillet 1962,comme tous ses camarades, par toute la presse, les radios  françaises et  la télévision, ainsi que  par des hauts responsables de son régiment et  de l’armée Française,  lors d’une mutinerie. Mutinerie et prise d’otage effectuées par des éléments civils et armés d’une Wilaya, sur l’unité 434 de la force de l’ordre Algérienne cantonnée à Guyotville – Alger, au cours du soulèvement des Willayas, en dissidence entres-elles, et, contre le Gouvernement Provisoire de la République Algériennepour la prise du pouvoir. 

                Termina son service militaire le 22 Novembre 1962, dans la caserne Arnault de Vitrolles à Alger, après avoir séjourné à Ben Aknoun El-Biar. Accompagnant les chauffeurs du bataillon, pendant toute cette période en parcourant toutes les rues d’Alger dans tous les sens,  pour le ravitaillement, que ce soit pour le gaz vers les maisons blanches, a Saint-Eugéne pour la laverie, ou bien  les supermarchés du centre ville. Aucun gradé n’était désigné pour accomplir ces corvées, consignes, absence où en permissions.

                 Il bénéficia de permissions pour sortir en villes a Alger et  aller a la plage de Ain -Taya, pendant cet été 62, malgré plusieurs jours consignés, cause manifestations civiles algériennes.

 Fut rayé, du controle de l'armée le 5 décembre 1962 et retrouva la vie civile dans son poitou d'origine..

**********************************************************************************************************************************************************************

  Ci dessous ;   Extraits d'articles récupérés depuis ma retraite

   Dans le journal l’Express du 15 Février 1962  La Négociation

                 «  Du cessez-le-Feu à la Paix »

 « Les taches de Léopard ». «  Bien que les barrages restent fermés, c’est à dire bien que les troupes Algériennes du Maroc ou en Tunisie ne doivent pas franchir la frontière, les taches de léopards qui sur la carte  indiquent les zones où sera cantonnée l’A.L.N, recouvrent une large partie du territoire algérien.  Les postes français ont été évacués de ces régions* et déjà une administration algérienne de fait s’est constitué, souvent en accord avec les élus locaux et la minorité européenne qui y réside, ce mouvement doit aller en s’accentuant dés le cessez-le-feu.    Dans toutes ces régions, le G.P.R.A .juge que l’accord sur le papier pourra être appliqué sans difficultés majeurs »

************************************************************************

  Copie  de la page 253   dans le livre de Robert Buron négociateur a Evian Carnets politiques de la guerre d’Algérie     Chez Plon     1965  Les  pourparlers d’Evian            Dimanche 11 mars  (1962)

Louis Joxe a essayé de presser le mouvement aujourd’hui et fermement déclaré que si l’on ne finissait pas demain soir, mardi au plus tard, la rupture devrait alors être sérieusement envisagée.

La réaction algérienne ne s’est pas fait attendre.  Ce matin Krim Belkacem, relayé par Yazid, avait énuméré le long catalogue des désaccords subsistants et des points qui restent à régler, non sans revenir une fois de plus sur la nécessité de créer une force locale vraiment puissante. L’après-midi, il passe à la contre-attaque. Il souligne d’un ton inhabituellement ferme chez lui, ses cinq revendications essentielles.

« Notre problème n° 1, a-t-il déclaré, c’est la consistance de la force locale. Nous voulons un chiffre d’hommes plus important que primitivement prévu car, compte tenu des manœuvres activistes, elle doit être présente dans les villes comme dans les campagnes. Il faut réunir 80 000 hommes au moins et qui soient vraiment sûrs. Nous n’acceptons pas d’y incorporer des complices éventuels de l’O.A.S.

   « Notre problème n° 2 c’est l’amnistie qui doit être générale, sans exclusive, et intervenir aussitôt après le cessez-le-feu.

« Quant au texte que vous proposez pour celui-ci il y a un malentendu. Nos conceptions s’opposent. L’Armée de Libération nationale doit se sentir libre de ses mouvements et non pas se trouver en position d’infériorité humiliante vis-à-vis de l’Armée française.

5) Claude Krief  écrivait dans le journal l’Express  - du 15 février 1962  au sujet  des accords de Chalain

« Le G.P.R.A a cherché le cadre juridique et les moyens communs propres à mener à bien cette lutte, tout en se préoccupant sur place, en Algérie, d’installer son  « quadrillage » dans les grandes agglomération.

Du côté français, on a tenté surtout de maintenir la liberté d’intervention de l’armée sous les ordres du Haut –Commissaire, afin d’équilibrer, de contrôler, et au besoin de neutraliser les forces locales

De toute façons, le compromis parait précaire, encore bien abstrait. On peut d’ores et déjà être inquiet puisqu’on sait indiscutablement que c’est le pivot réel de la période transitoire.

 Il n’est pas dit que la  « troisième armée » puisse à la fois tirer sur les terroristes, sur les rebelles européens,  et se tenir -  à égale distance de l’armée Française   et de l’A.L.N, dont les réseaux urbains se sont considérablement renforcés*

***********************************************************************

  Libération des détenus politiques Algériens des prisons de France                                                                                                          

*********************************************************  

 ANNEXE IV   Texte originel des Accords d'Évian

      -   Décret 62-306 du 19/03/1962 portant sur l’organisation des pouvoirs publics en Algérie

  Texte concernant la force locale dans les  Accords d’Evian

Titre IV

De la force de l’ordre

Article 19 - Il est crée une force de l’ordre propre a l’Algérie. Cette force de l’ordre est placée sous l’autorité de l’Exécutif provisoire, qui décide des conditions de son emploi qui décide

Article 20 – La Force de l’ordre aura un effectif global de 60 000 hommes. Son effectif initial sera de 40 000 hommes. Il comprendra ;

                Les auxiliaires de la gendarmerie et les groupes mobiles de sécurité actuellement  existants ;

                Des unités constituées par les appelés d’Algérie, et, éventuellement, par de cadres pris dans les disponibles.

                L’Exécutif provisoire a le pouvoir de compléter la force de l’ordre par rappel des réserves instruites.

Article 21  -Le directeur de la force de l’ordre est nommé par décret en accord avec l’Exécutif provisoire

****************************************************

 Revues -  Historia magazine de  1972 

                - Ce jour là (19 mars 1962) à 16 heures  une voie inconnue au téléphone appela le Préfet de police d'Alger pour lui donner un numéro de téléphone où il pourrait appelé la zone autonome d'Alger du F.L.N en cas de besoins

***********************************************

 Journal officiel du  20 mars 1962         Christian Fouchet    est   nommé  Haut Commissaire de France  en Algérie 

 

 De  Tifelfel  le 20 mars 1962  -  J'écrivais  - au village de Rhassira pour voir la réaction de la population           a l'annonce du cessez le feu qu'il a fallu nous même aller leur annoncer

******************************************

  M Adhéramane  Farés  qui sortira  de la  prison de Fresnes   le   22 mars 1962  sera  nommé par décret du 6 Avril   1962     Président de l'Exécutif Provisoire Algérien   

****************************************************

 Journal officiel du  23 mars 1962     Bernard Tricot   par décret  N  62 343    est nommé délégué auprès de     M  Christian    Fouchet     Haut- Commissaire de France  en Algérie

*****************************************************

 Le 23 mars 1962  - J'écrivais  - Aujourd'hui les nouvelles pourraient être bien meilleures si ce n'était pas l'OAS  qui sème la merde à  Alger et ailleurs où des innocents payent toujours pour les autres

****************************************************************************

 Le 25 mars 1962 -   J'écrivais - où nous sommes sortis en patrouille, en patrouille …..?  mais non, plutôt, un marathon !    pour quoi faire ? ça je me le demande?  "Les drapeaux blancs et verts flottent sur toutes les mechtas"

******************************************************

  25 mars 1962 : La presse diffuse le message de M. Joxe aux Français d Algérie ( ) :

……………………………………………………………………………………….

 Charente Libre du 24 et 25 mars 1962

       - La force de l'ordre sera composée d'auxiliaires de la gendarmerie, de groupes mobile de sécurité ( G.M.S ) et  d'appelés instruits, et encadrés par l'armée Française

        Cette Force ne comprendra, aucun membre des forces armées du F.L.N, soit de l'intérieur, soit de l'extérieur

**************************************************

 Journal le Monde     25-26 Mars 1962    - Page 3 -  "est dû à la stricte application des accords d'Evian prévoyant que la force locale serait seule responsable"

************************************************************************

 L'ancien Vice Président de l'Assemblée nationale à la page 43 de son livre en 1964    "l'Algérie sans la France" Editons France Empire Le Bachaga Boualem raconte

 " - A la même heure, MM. Djebour et Abdesselam .......reçoivent du Colonel Mohand ou el EL Hadj *,

(commandant de la Wilaya 3 de Kabylie pendant toute la guerre) organisateur de la force locale, de l'Exécutif

provisoire en Kabylie le message suivant; "

         AL.N. aux armées,        

         « Messieurs les valets du colonialisme,

         Au seuil de cette huitième année de combats, le gouvernement français vient de reconnaître le droit à

l'indépendance de notre peuple algérien.          Le mythe de l'Algérie française est détruit.

         Pendant plus de sept années, vous avez massacré des Musulmans, vous ayez participé aux arrestations de vos frères, vous avez collaboré avec un colonialisme sanguinaire et révolu Vous avez été des professionnels du crime et de la torture.

         Aujourd'hui, vous êtes condamnés à mort par le gouvernement provisoire de la République algérienne.

Cette sanction a été approuvée à l'unanimité par le C N SRA et le G.P.RA. réunis à Tripoli.

          Nous ne voulons pas d'assassins ni de traîtres dans l'Algérie indépendante.

         Vive l'Algérie indépendante.

         Vive l'armée de la libération nationale. »

*****************************************************************

,le  27 mars 1962  -   J’écrivait- nous arrivons d'une assez grande patrouille  où  beaucoup de mes camarades  ont pris du plaisir à prendre des photos    

 Le 29 mars 1962   -  J'écrivais  -   pour la première fois  responsable,  envoyé sur la route,  pour un contrôle routier sans missions précises, les enfants de Tifelfel sont venus "nous envahir gentiment" ce qui m'a valu une remarque du capitaine de compagnie que "je me laissais aller"            

********************************************

 Arrêté  du   30 Mars 1962   pour l’application  du Titre IV  du - Décret 62-306 du 19 Mars  1962   portant sur l’organisation des pouvoirs publics en Algérie concernant les forces locales

*********************************************

  Le 3 Avril 1962  - J'écrivais - "Je te dis comme cela  en passant"  le capitaine de notre compagnie a eu une entrevue ce tantôt  avec le chef fellaga du secteur  il était encore  armé il était accompagné de quelques hommes .Il y a … 5 ans qu'il était dans le secteur.  Alors,  tu vois c'est presque incroyable de voir cela et alors c'est donc fini ! Espérons que, quand même maintenant, je pourrais m'en sortir.

*******************************************************

Journal officiel                Le 4 avril 1962    M Jean Dours est désigné pour remplir les fonctions de Directeur de cabinet du Haut- Commissaire de France  en Algérie avec lui comme Directeur de cabinet militaire,  le Colonel Buis, le Colonel Viale,  le Commandant  Bourgués et comme conseiller techniques, chargés des contacts Léon Teysot,   Vincent Monteil,

  Le Sous-Lieutenant Ernest-Antoine Seilléres était un chef de Cabinet de Christian Fouchet et de son Adjoint Bernard Tricot

******************************************************************************

  Tifelfel                      Le 5 avril 1962 -  J'écrivais -    Ici il y a des précisions sur ce que nous allons faire maintenant.

-  des cadres resteront ici, qui, avec les musulmans feront de la force locale.

Il y aura 25 cadres européens, pour 300 musulmans

                               « Je viens d’apprendre que je reste ici, avec une vingtaine d’européens,

C’était la première fois qu’on  entendait parler de la force locale en Algérie; ce qui n’était pas le cas des parlementaires français, car  ceux-ci, avaient adopté des crédits pour celle-ci au mois de novembre 1961 lors du vote du budget  

****************************************************************

  Paris Match  5 Avril 1962

               Le FLN a finalement désigné ses représentants au sein de la commission mixte du cessez le feu  La tâche de la commission, où chacune des deux parties sera représentée par un officier supérieur assisté d'une dizaine de collaborateurs, sera de veiller, a la stricte application des clauses militaires du cessez le feu. A défaut d'accord, on convint que la commission resterait autonome et en référerait directement aux deux gouvernements

 --- Installée à Rocher Noir    - elle pourrait se faire représenter dans chaque département par une commission locale composée de deux représentants de chacune des armées La tâche de ces commissaires, limitée strictement au contrôle de l'application des conventions militaires, ne saurait être confondus avec celles de la force locale, orientée vers le maintien de l'ordre dans le bled

Journal officiel du  7 Avril 1962

       Le 6 avril 1962 - par décret  -   M Adhéramane  Farés  qui vient de sortir de la  prison de Fresnes   le   22 mars 1962  est nommé   Président de l'exécutif provisoire Algérien  

Sont nommés membres ;   Roger Roth,  Jean Mannoni, Charles Koenig, Chouki Mostefai, Belaid Abdessalam,  M'hamed Cheikh,  Abderrazak Chentouf, Abdelcader El-hassard,  Hamidou Boumédienne, Habrahim Bayou, Mohamed Bentefifa

************************************************************************

Paris Match   -7 Avril 1962           voir        Photos et reportages sur la paix

             Et sur le  retour de la population dans leurs  villages et le drapeau  blanc et vert sur toutes les images           

*************************************

 Tifelfel               Le 8 avril 1962         - J’écrivais-  ce matin d'autres camarades sont partis dans les autres compagnies et ma foi nous serons seul face aux musulmans dans cette unité

                       le 9 avril 1962    - notre sort n'est pas des plus alarmants vu que nous sommes pas trop d'européens, on nous fait la soupe a part.  En ce moment les sections de musulmans se forment et peut- être que demain nous allons commencer à déménager à Tkout

-  Ce sera sans doute la  3ème compagnie de la force locale ( 3ème C.F.L), ‘‘ l’unité que nous formerons’’

*******************************************

 Journal officiel du 10  avril        Le 9 avril 1962 -  M  Omar Mokdad    Ancien Commandant de l'armée Française, Préfet de  Saida  était nommé Directeur des forces locales     -    Vu le décret   -  62-306    du 19 Mars 1962         Le lieutenant-colonel Djebaili sera son adjoint

******************************************************************

 Tifelfel  Le 12 avril 1962    J'écrivais en prévision du départ pour Tkout dans la force locale

- "- et  là-bas j'espère que ce sera la même chose qu'ici, que je n'aurais pas plus de travail"

                [Nous n'avons plus rien à faire surtout dans ce bled]

                  " - qu'ils nous renvoient en France "  - [le drapeau fell,   flottant dans tous les coins]

**************************************************************************

Paris Match     - 14 Avril 1962      -  les mains dans les poches dans la casbah  et   (l'OAS)              

Alger - Contact "technique" entre chefs français et de l' ALN pour fixer le stationnement de cette dernière

Paris Match     - 14 Avril 1962

Alger -Contact "technique" entre chefs français et de l' ALN pour fixer le stationnement de cette dernière

              (Le contact « technique » pour mon régiment  le 4ème B.C.P eu lieu le 3 Avril 1962 à Rhoufi,*

**************************************************************************

  Paris Match  écrivait ensuite  le        - 28 Avril 1962   sur la commission mixte ;        Elle travaille pratiquement autonome ; Elle se compose de vingt personnes    dont les noms demeurent secrets pour raison de sécurité.

Il y a six militaires de chaque côté de la table.

     La commission Française est dirigée par un Colonel,   (devenu général ensuite ?*)

 «    Général Navelet  »   Livre de Bernard Tricot

«  En face du côté du F.L.N c’est un commandant, un homme très sympathique parait-il »

 « Commandant  Mohamed Allahum »  Livre de Redha Malek

**********************************************************     

*Dans le livre de Redha Malek, « L'Algérie à Evian » publié par, Patrik Rotman Octobre 1995, à la page 246,          L'une des manifestations, les plus remarquables du cessez le feu, aura été son application stricte, pratiquement sans bavure, par chacune des deux armées.

          La commission centrale du cessez le feu, dans laquelle le Commandant Mohamed Allahum nous

représentait, en eut la tâche considérablement facilitée.

*************************************************************************

 Bernard Tricot     « Les sentiers de la Paix »   1958-1962     Chez Plon en  1972  page 319  

                          «   L’Exécutif s’occupait assez peu de la mise en oeuvre du cessez le feu.      

                  C’était l’affaire de l’armée et de l’A.L.N réunies dans une commission mixte qui siégeait à Rocher Noir. Le chef de la Délégation Française était le Général Navelet ;  C’est pour une bonne part, grâce a lui que la commission fut un des organismes de cette période qui fit le meilleur travail. Si plus tard il y eu dans certains secteurs une coopération militaire entre les deux pays, c’est là qu’elle a trouvé me semble-t-il, sa  principale origine ».

***********************************************

 La  " Guerre d'Algérie "   de   Pierre  Montagnon        1986

                  Page  390   -  Le  29 Mars , Farés , qui quelques jours plus tôt a était extrait de sa cellule de Fresnes, arrive à  Alger et s'installe au  Rocher-Noir , prés  de  Christian Fouchet  et  du  Général   Ailleret .

Les douze membres de l'exécutif provisoire désignés par le G.P.R.A.  le rejoignent bientôt.

 *****************************************************

  Le 18 /04/1962  Dans le livre  C’était De Gaulle   d’Alain Peyrefitte  chez Fayard publié en 1994 a la page 113(1er Conseil des Ministres du nouveau gouvernement Ponpidou  du mercredi 18 /04/1962) Alain Peyrefitte écrit -

Mesmer - La force locale à la disposition de l’exécutif provisoire se met en place. Diverses unités sont constituées de 90 pour cent de musulmans du contingent et de 10 pour cent de français de souche européenne

***************************************************

 Paris Match      - 28 Avril 1962    -         La force locale

          -  114 officiers (français et musulmans) nécessaires sont trouvés - difficulté plus sérieuses pour constituer la troupe

*****************************************************

 La  " Guerre d'Algérie  "  d'Yves Courriéres           1970

               Page 1044      "Evian vit aussi la création de la force locale "Le F.L.N. ne voulait dans ses rangs ni Européens d'Algérie ni de Karki ?

 « A la 434ème unité de la force locale, il y a eu les deux, j’ai habillé des harkis au magasin  de Tkout»

              Page  1076  -  Pour y  parvenir, le Haut-Commissaire  et  L'exécutif provisoire  travaillèrent main dans la main.  L'Exécutif ,présidé par Abderrahmane Farés, était composé de trois délégués européens, cinq musulmans FLN  et de trois musulmans nationalistes non FLN

             - Pendant trois mois, le Haut-Commissaire  et l'exécutif  allaient œuvrer  pour faire face à une situation catastrophique. "c'est à Rocher Noir que naquit la force locale destinée à remplacer l'armée française et à servir d'armée Nationale au premier gouvernement de l'Algérie indépendante "

***************************************************************************

  En Algérie  de  Mars 1962 -a  Juillet 1962,  nommé  Haut Commissaire en Algérie - Christian Fouchet  parle des 105 jours  dans son livre  « Au service du Général de Gaulle »  Chez  Plon,   1971 

                Copie                Pendant ces cent cinq jours           Algérie 1962

« Le parachutiste français, le plus typé, au visage net et viril, à l’allure martiale dans sa tenue bigarrée, et souvent combattant en Algérie depuis des mois ou même des années, était maintenant affecté au peloton chargé de la sécurité du général commandant supérieur. Il côtoyait le combattant de l’Armée de Libération Nationale algérienne (A.L.N.), venu des maquis du bled, et devenu garde du corps des « chefs historiques » du F.L.N.    (Ou des chefs F.L.N. non « historiques » mais non moins importants, car souvent plus au fait que leurs aînés des problèmes de l’administration moderne que le gouvernement algérien indépendant de demain allait avoir à affronter et à résoudre).

Le brillant sujet frais émoulu de l’E.N.A.  Et maintenant affecté, tout jeune, avec souvent de grosses responsabilités et beaucoup d’initiatives, à des directions où il n’avait jamais envisagé de servir, côtoyait le jeune Algérien, du même âge, dont l’apprentissage s’était fait dans la guerre clandestine ou dans l’action révolutionnaire des maquis et qui se préparait à devenir, presque du jour au lendemain, directeur de Cabinet des ministres. Tout cela avait commencé par se regarder avec curiosité, sinon avec méfiance, puis avait, très vite, fait bon ménage.

**********************************************************************

  9 Mai  1962  La Charente Libre écrivait ; Le président du Gouvernement  Provisoire de la République Algérienne  Ben Khedda  de Tunis a déclaré : Les autorités Françaises chargées du maintien de l’ordre révèlent chaque jour davantage, leur impuissance ou leur carence. La mise en place de la Force locale algérienne est sabotée pour assurer l’impunité et la complaisance qui permettent aux tueurs de commettre leurs ignobles forfaits

*********************************************************************

 Jeudi 10 Mai 1962   Journal «  Le Monde »  -1ère page

                - Intégration d'éléments de L'ALN dans la force locale

«Confirmation avec l'ancien Vice Président de l'Assemblée nationale à la page 43 de son livre en 1964    "l'Algérie sans la France" Editons France Empire       Le Bachaga Boualem raconte

 " - A la même heure, MM. Djebour et Abdesselam .......reçoivent du Colonel Mohand ou el EL Hadj

(Commandant de la Wilaya 3 de Kabylie pendant toute la guerre) organisateur de la force locale, de l'Exécutif

Provisoire en Kabylie le message suivant; "

*************************************************************************

 Vendredi 11 Mai 1962   Journal «  Le Monde »- page 2

        - Les officiers sous-officiers et soldats algériens , actuellement, sous  commandements Français sont tous prêt avec notre accord a faire les devoirs au sein de la force de l'ordre, de même que ceux qui restent dans les unités françaises jusqu'à l'indépendance

*******************************************************

Dimanche 13 Mai 1962   Journal «  Le Monde » - page 9

                -……forces de l'ordre Algériennes suffisamment bien armées  et encadrées pour remplir les missions qui pourraient  leur en être confiées 

                - les nombreuses désertions enregistrées au mois d'Avril parmi les troupes d'origines musulmanes ne sont pas étrangères à cette attitude

************************************************************

 Lundi  14 Mai  1962    Journal «  Le Monde »

                - la reprise en main dépend de l'emploi de la force locale

                                                - L'absence de la force locale à Alger

      -  Dans la région de Batna en particulier, deux groupements ont protesté contre leur maintien dans une région où ils n'ont rien à faire alors que leur présence paraissait beaucoup plus nécessaire à Alger

******************************************

             Charente Libre du lundi 14 mai 1962

L’Exécutif Provisoire annonce des nouvelles mesures pour le maintien de l’ordre

                Renforcement du dispositif militaire

15 000 hommes des unités de la force locale pour Alger

15 Bataillons de tirailleurs Algériens pour Oran.  …«  Il en était particulièrement ainsi,  pour les dispositions relatives aux bataillons de tirailleurs, qui sont des unités de l’armée française ne dépendant que du commandant Français »

*******************************************************************

 Vendredi  18  mai  1962  Journal «  Le Monde »-    page  9           - Différent au sujet de la force locale

                               -…que …M Mokdad directeur de la force de l'ordre Algérienne

                                -- a-t-il rapporté des atouts nouveaux du voyage qu'il vient d'effectuer à Paris

****************************************************

 Au Rocher Noir le 19 Mai l’autorité provisoire fait le point de la mise en place de la force locale 35000 hommes dont 23000 appelés musulmans.

Le 25 mai 2012 il y a 456 officiers européens (4) par UFO et 229 musulmans (2)(internet 2010)

**************************************************************

 Copie    Journal le monde Le 22 Mai 1962                            Maintien de l’ordre, de plus en plus rigoureux à Alger.                 D’autres part dés mardi, trois compagnies de la force locale, environ 750 soldats musulmans seront affectés au maintien de l’ordre à Alger

 Ces effectifs vont être augmentés au fur et a mesure que les unités de la force de l’ordre seront prêtes à intervenir.  Cette force est composée, on le sait de 114 compagnies de groupes mobiles de sécurité, de 11 pelotons de gardes territoriaux et de 114 compagnies de la force locale dont les effectifs sont constitués par le contingent musulman qui servait dans l’armée française.

*********************************************************************

 Dépêche A.F.P. du  23 mai 1962.  du. ROCHER  NOIR  publiée par    La Charente Libre

- L'Algérie indépendante coopérant avec la France, grâce a la volonté et a la détermination de tous les algériens  dignes de ce nom, naîtra dans 38 jours et vivra. a déclaré M. Farés   en conclusion de  l'allocution qu'il a prononcé ce matin à Koléa  a l'issue d'une prise d'armes d'une unité de la force locale                  - Dans allocution qu'il adressa aux officiers, sous-officiers, et soldats le président de l’exécutif provisoire à  déclaré...des accords signés à Evian au nom du peuple Français par le gouvernement Français et au nom du peuple algérien par le gouvernement provisoire de la République Algérienne constituent les bases nouvelles des rapports entre les deux pays .  Nous avons tous, a dit    M  Farés  l’impérieuse mission de réaliser l’étape de transition qui nous conduira à partir du 1 juillet à la constitution d'une Algérie libre, souveraine et indépendante coopérant avec la France   Le rôle qui nous est assigné, avec toute l'autorité conférée par le gouvernement  Français et le GPRA    à  l’Exécutif provisoire Algérien est d'une importance historique

*************************************************************

  Autre dépêche - La Charente Libre  du 24 Mai 1962   Paris le 23 Mai A.F.P.  L'O.A.S paraît a nouveau porter son action sur le territoire métropolitain de la France au moment ou en Algérie elle commence à se heurter à des difficultés accrues avec l'apparition de la force locale 

*****************************************************************

 La Charente Libre   du 30 et 31 Mai 1962               [- Des officiers de l'a A.L.N et de l' Armée Française qui se sont rencontrés  ont décidés que le déminage seraient effectués par des équipes mixtes spécialisées ALN - Armée Française     Ces équipes ont procédées  au déminage en commun le vendredi 25 mai 1962

 La Charente Libre Le  8 juin 1962         -  "Rafles à Guyotville"

 -"des éléments de la force locale ont fait leurs apparitions dans la localité"

                (nous étions arrivés depuis le 5 juin1962  avec la 434  U.F.O )

******************************************************************Dans la Charente Libre du  Jeudi 14 juin 1962  -  Sidi-bel Abbés 

-  Le détachement de la force locale fut lui même attaqué par des commandos O.A.S.  Il riposta tandis que des éléments de l'A.L.N  en uniforme survenaient pour lui prêter main forte

Copie   Dans le livre - L'Algérie à Evian, écrit par Redha Malek,  ancien premier ministre Algérien,    publié par, Patrik Rotman   Octobre 1995     Histoire des négociations secrètes 1956-1962  Editions du Seuil   27, Rue Jacob Paris

******************************************************************************

 Copie  Historia  Magazine   page 3140    "plus efficaces que les unités composites et mal commandées de la force Locale  Algérienne constituée à Rocher Noir pour remplacer progressivement l'armée Française" 

**************************************************

 Copie Charente Libre du lundi 14 mai 1962

L’Exécutif Provisoire annonce des nouvelles mesures pour le maintien de l’ordre

                Renforcement du dispositif militaire

15 000 hommes des unités de la force locale pour Alger

**********************************************************************************Copie    Journal le monde Le 22 Mai 1962         Maintien de l’ordre, de plus en plus rigoureux à Alger.             D’autres parts dés mardi, trois compagnies de la force locale, environ 750 soldats musulmans seront affectés au maintien de l’ordre à Alger

 Ces effectifs vont être augmentés au fur et a mesure que les unités de la force de l’ordre seront prêtes à intervenir.  Cette force est composée, on le sait de 114 compagnies de groupes mobiles de sécurité, de 11 pelotons de gardes territoriaux et de 114 compagnies de la force locale dont les effectifs sont constitués par le contingent musulman qui servait dans l’armée française.

**********************************************************************************

Dans un livre publié en 1976 chez  stock               "un Algérien nommé  Boumédienne" 

L'Exécutif provisoire doit recruter une force locale

La force locale estimée a  soixante - dix  mille hommes et soutenue par l'armée française, donne théoriquement à ses chefs des moyens puissants. Entre Avril et juillet  Abderahmane Farés est a la tête de la troupe la plus nombreuse d'Algérie ; cela ne suffira pas à empêcher la multiplication des bandes armées qui très vite, éclipseront,  les soldats de la force locale noyés dans le flot d'hommes en armes

**********************************************************************************

  Autopsie de la guerre d’Algérie    Philippe  Tripier    Edition   France- Empire   1972   (page 544)

En second lieu, le G.P.R.A.  devait effectivement exercer son pouvoir sur l'Algérie à travers les institutions mises en place à titre transitoire,…….

De même pour les forces appelées à relever l'armée française dans les tâches du maintien de l'ordre :

L'A.L.N des Villayas resterait libre de ses mouvements, indépendante de l'Exécutif provisoire et intacte, conservant ses armes, sa structure, son encadrement.

                Quant à la force locale subordonnée à l'Exécutif Provisoire, le G.P.R.A. devait faire en sorte de pouvoir exercer le contrôle le plus circonspect sur sa      composition,     son encadrement,      son emploi **********************************************************************************

« La Guerre d’Algérie »  Pierre Le Goyet  Chez Perrin     Page 457      L’Exécutif   Provisoire

Devant la carence de la « force locale », Farès doit recourir à l’armée française qui va être confrontée à une mission horrible : abattre d’autres Français de bonne foi qui croient encore à la grandeur de la France.

**************************************************************************

Editions    Robert Laffont,   6 rue Saint Sulpice Paris 6  1972     Page  758  

Copie     et « seules les unités de la force locale seraient susceptibles d’agir ». C’est-à-dire rien

Editions    Robert Laffont,   6 rue Saint Sulpice Paris 6ème        1972  ( copie )      

  Page   736                   LA LIQUIDATION   

A partir de mai 1962, les exactions F.L.N. se multiplient. Une compagnie de la « force locale » commandée par des officiers français, n’est en fait qu’un ramassis de fellaghas revêtus de nos uniformes. Il n’y a rien à attendre d’une telle troupe pour s’opposer aux enlèvements.

*******************************************************************************

Copie     Serge Groussard  dans L’Algérie des Adieux 1972 Page 142  (copie)

Sur la route moutonnière, devant le poste de secours de la Croix Rouge et aussi rue Saadi Carnot près de l’angle S.E. du Jardin d’Essai, se tenaient sur les trottoirs, face à face, des détachements militaires.  Côté mur, c’était la nouvelle force locale. Côté Sahel, l’armée française du contingent. Ils se surveillaient du coin de l’œil, en se répartissant les tâches selon le sens de marche des véhicules et des passants.

Ils font semblant de ne rien remarquer, par ici, tous autant qu’ils sont ! dit Torrès.  Sur la vaste chaussée, c’était un incessant défilé de réfugiés. Cars, camions, camionnettes, autos, mais aussi les charrettes qu’on tirait à bras, les voitures d’enfants surchargées de paquets, et même ces files de piétons qui semblaient être en marche depuis des journées, avec leurs bardes sur le dos et leurs regards éteints. Des Européens, comme on dit maintenant. Des juifs de civilisation maghrébine. Mais aussi des musulmans, saisissants à cause de leur angoisse lorsqu’ils devaient passer devant un détachement de la force locale, cet instrument d’ordre public aux mains de l’Exécutif provisoire à majorité absolue arabe.

***************************************************************************

  Carnets politiques de la guerre d’Algérie de Robert Buron négociateur a Evian Chez Plon publié en  1965  Les  pourparlers d’Evian            Louis Joxe négociateur demande au général De Camas d’exposer les conceptions françaises sur la façon d’assurer l’ordre en Algérie pendant les quelques mois critiques. La thèse est simple : « Une force locale de l’ordre de 40 000 hommes sera constituée à l’aide des auxiliaires de gendarmerie, des groupes mobiles de sécurité actuellement existants, des maghzenis et si nécessaire des appelés d Algérie. En cas de situation grave, et si la force locale était débordée, l’Armée française interviendrait à la requête du haut-commissaire. »

Krim répond de sa voix chantante et douce mais avec beaucoup de fermeté:   Le  chiffre proposé de 40 000 est beaucoup trop faible.  Il faut craindre les réactions ultimes de l’O.A.S. (A l’évidence il les redoute.) C’est au moins 80 000 hommes sous un commandement désigné en accord par les deux parties qu’il est nécessaire de prévoir. Si tous les soldats du contingent d’origine algérienne sont constitués en unités spéciales encadrés par les officiers algériens de l’Armée française, le chiffre sera atteint ; sinon d’ailleurs il suffira de faire appel aux volontaires. »    Louis Joxe négociateur  réagit vivement.                           « Pas question d’une levée de volontaires qui équivaudrait à une véritable mobilisation et permettrait d ailleurs aux maquisards de s’infiltrer dans la force locale pour préparer à leur manière le scrutin pour l’autodétermination.    « Je préfère prêter des C.R.S. métropolitains », ajoute-t-il.« Soit, répond Krim, mais pas de maghzenis trop compromis ni même d’hommes, des groupes mobiles de sécurité. »           Le débat porte en même temps sur l’importance des effectifs, leur consistance, le commandement et l’encadrement. Il va être 17 heures. L’accord se fait (cela tend a devenir une habitude) pour demander    à  Ben Tobbal et au général De Camas de se retirer... et de rechercher les conciliations possibles. Ils nous soumettront les désaccords persistants

********************************************************************************.

Copie  Le 28 décembre 1959, est votée une loi sur l’installation de  français musulmans à des postes de responsabilité. 107 sont nommés dans des emplois supérieurs de l’état, notamment un conseiller d’état, un conseiller référendaire, un conseiller à la cour des comptes, deux inspecteurs des finances, un inspecteur général de l’administration. Sous la responsabilité de Michel Debré, le Général de Gaulle a donné son accord à une décision aux termes de laquelle 10 % des sous-lieutenants nommés chaque année seront d’origine musulmane

**************************************************************

 Dans un livre publié en 1976 chez  stock       "un Algérien nommé  Boumedienne" 

L'Exécutif provisoire doit recruter une force locale chargée en liaison avec la police de maintenir l'ordre

La force locale estimée a soixante- dix mille hommes et soutenue par l'armée française, donne théoriquement à ses chefs des moyens puissants.  Entre Avril et juillet  Abderahmane Farés est à la tête de la troupe la plus nombreuse d'Algérie

*************************************************************

A la page 264      Début  juillet 1962

                               – 18   bataillons étaient alignés à la frontière

        A l'ouest une dizaine de bataillons pénètrent sans heurt dans la willaya V - puis un plan de prise de contrôle de la willaya IV est mis en place.   Sur l'axe II - la willaya IV oppose une certaine résistance.  Dix jours d'affrontements font au moins cinquante morts et cent blessés  les pertes sont plus élevées sur l'axe III en raison de la proximité de la willaya III.   Face a une armée discipliné, bien équipé et relativement nombreuse. Que pouvaient les willayas exsangues de l'intérieur ?     Malgré le renforcement avec les membres des forces locales en « désertions » et prises en otages

***********

Une page du livre de Georges Fleury « La Guerre en Algérie » de 1993

Alger se réveille un peu plus abattue en apprenant la nouvelle. Les appelés, eux, espèrent que la mise hors de combat de Salan leur permettra enfin d'attendre le rapatriement en paix.

En attendant la consultation d'autodétermination, une force locale, armée et payée par la France est mise sur pied. Forte de quarante mille hommes, elle n'empêche pas les vainqueurs de l'ALN de se livrer à de sanglantes exactions contre les harkis. Partout le sang coule. Les appelés qui occupent encore les postes du djebel sont parfois obligés de se boucher les oreilles pour ne pas entendre les cris de leurs anciens compagnons de combat torturés à mort. Les ordres d'Alger et de Paris sont formels : l'armée ne doit pas intervenir.

La force locale, en grande majorité composée de Musulmans de l'ALN, se conduit un peu partout en terrain conquis. Chaque fois qu'un convoi uniquement composé d'appelés se présente à ses barrages, ses gradés musulmans fouillent et refouillent les véhi­cules. Malgré la présence de quelques gradés européens, les anciens djoundi insultent copieusement les isolés qu'ils contrôlent. Ils les menacent parfois et les retiennent toujours le plus longtemps possible.

Quelques éléments du 2e régiment de chasseurs d'Afrique, volontaires d'office pour rejoindre une unité de la force locale, se retrouvent isolés à Sebdou, sur le flanc sud des monts de Tlemcen. Ils avaient auparavant servi dans le même secteur mais ce qu'ils découvrent dès leur incorporation les effare. Les baraquements qu'ils occupaient naguère à vingt abritent maintenant le double d'hommes.

Décidés à accepter le changement tant bien que mal, ils s'aper­çoivent que le transistor est pour les anciens rebelles de la force locale un élément aussi important que pour le soldat français. Les baraquements résonnent nuit et jour de musique arabe. C'est du délire lorsque passe une version de l'hymne de l'ALN enregistrée par Farid el Atrache. Les soldats musulmans dansent en tapant dans les mains. Les cinq malheureux français affectés à chaque peloton de quatre-vingt-dix Musulmans ont vite assez de cette débauche de musique si différente des valses musettes et du rock'n' roll.

Passe encore pour la musique, mais quand il s'agit d'aller à table, les choses se gâtent. Les anciens du 2e RCA n'ont plus droit à la viande de porc, ni au vin rouge, pas même à la bière. Ils sont obligés de s'isoler entre eux pour boire tranquillement ou se faire griller une côtelette de porc. Les gradés de la Force locale leur retirent même ce petit plaisir sous le prétexte fallacieux qu'ils profitent de leurs apartés pour comploter.

Pour faire bonne mesure, les officiers affectés à l'état-major mixte de Sebdou, se refusent à écouter leurs doléances, pour ne pas froisser leurs homologues de l'ALN. Les quelques appelés de Sebdou finissent par se considérer comme des parias. Ils souffrent de devoir obéir à des hommes qu'ils ont combattus dans le djebel. Ils respirent un peu lorsqu'on les envoie garder une centrale électrique au poste de Bou-Hallou. Un peu plus libres de leurs mouvements, ils ne vivent plus que dans l'attente de la déclaration d'indépendance de l'Algérie, une sorte de quille dans la quille.

  ( - Il est a noté que cet article, écrit sur ce livre de 1993, provient du témoignage  du Camarade Renaud, parut sur Historia Magazine  de 1973, sur  (nos lecteurs nous ecrivent )

*******************************************************************************************

Au service de la France

Hommage aux disparus

- En mémoire  de mes 4 camarades  de Vouneuil sous Biard

et de mes camarades du  4ème Bataillon de chasseurs a pied, 

ainsi que ceux du 10ème et 17ème  B.C.P  Morts pour la France en Algérie,

 et de tous les militaires morts pour la France en Afrique du Nord

 

Les lignes ci-dessous ont été écrites, pour  un concours «  Le Livre de votre Histoire »  du Conseil Général de la Vienne, La Nouvelle République et la ville de Montmorillon (Cité de l’Ecrit) en 2001 et elles n’avaient pas été retenues, 300  pages ont été écrites depuis, pour une meilleure compréhension, et peu être, pour un livre ? (Documentaire ?)

                «Des écrits pour l’Histoire »                        « Au service de la France » 

Un appelé du contingent   Classe 61 I/A  « de Nationalité Française de Métropole », pendant la guerre d’Algérie, en 1961-1962,

Extrait de  mes écrits, qui résument, la Guerre d’Algérie, (ma Guerre d’Algérie)  ayant pour  titre  

                                                                                        (Charlot Lemarginal,  Combattant, Diplomate)

Et  «  Déserteur  des Forces locales Algériennes »  en Algérie

 

L'ANCIEN   COMBATTANT

[L’ANCIEN D’ALGERIE]

Vous fait ici,  un résumé,   de ses écrits

De son extraordinaire péripétie

De  sa   [Guerre d’Algérie] !

Par le récit de ses  mémoires,

Espérant, ne pas trop vous émouvoir… !

 

Rentré en janvier 1961, à Tours, au 18e B C P (Bataillon de Chasseurs a Pied)

Dans un régiment d’infanterie, comme appelé du contingent

J’étais muté, ensuite en  Algérie, au 4ème Bataillon de Chasseurs a Pied

Dans un petit poste à  Tifelfel,  pour faire face en Algérie  « aux événements »

 

Près, des Gorges de Tirhanimine, au  S.P. 86 934

Ou, le 1er novembre mile neuf cent cinquante quatre

L’instituteur venu de France, pour enseigner à Tifelfel

Y laissa la vie,   j’étais affecté à la 3ème compagnie opérationnelle,

Qui y était stationnée, dans la 2ème section Ecarlate, pour crapahuter

Dans l’équipe «commandement » du Sous lieutenant S…. pour débuter

******** 

http://www.sfhp.fr/index.php?post/2011/06/04/Notice-biographique-Roger-Gavoury

 Cheysson à Alger + Ferhat Abbas    Publiée le  9 juil. 2012 par Ina histoire  1er novembre 1984  Visite controversée à Alger du ministre des Affaires étrangères français, Claude CHEYSSON pour la cérémonie des 30 ans du déclenchement de la guerre d'Algérie et rediffusion d'un itw de Ferhat ABBAS premier président du GPRA

********* 

Dans ces  Aurès  désertiques   entre Arris et  Rhoufi

J’ai donc été un Combattant dans cette  Guerre d’Algérie

Dans ces montagnes de l’Hamard Kraddou  et du Krouma

Toujours, à la recherche d’un ennemi, et,  traquer les fellagas

 

Comme, tous ceux, qui m’avaient précédé,  toujours songeur,

Moi aussi, de cette  guerre,  j’en devenais un acteur

Sans enthousiasme, et  sans trop de ferveur

Mais toujours, avec beaucoup de rigueur

 

Continuellement  préoccupé par la pensée

De ceux, qui  en  France, n’étaient pas retournés

Des six   de ma Commune, nous étions

Camarades d’école, qui, par devoir à notre nation

Dans cette guerre, étaient déjà décédés !

Disparus et prisonniers ? Ou, blessés !

    *(Les quatre décédés sont sur cette même photo d’école retrouvée)photo-de-l-ecole-primaire-de-vouneuil-sous-biard-1946.png

Ecole Primaire de Vouneuil sous Biard 1946

*****************************************************************************************************************

De ma Commune,  encore « désigné ? » Moi, je  m’étais juré

En arrivant en Algérie, de tout faire, pour ne pas y rester.

De l’armée, je ne voulais pas en faire mon métier

Car, d’être agriculteur éleveur, j’avais toujours rêvé

 

Là-bas, dans les nombreuses et importantes  opérations

Dans le djebel et sur (place) dans les embuscades

En zone interdite,  on frôlait tous, trop souvent la dépression !

Dans ces incessantes  guérillas,  ou, à  la suite de fusillades

Comme cela  s’était passé à Tahanamet, au-dessus des maisons

Où  nous avions eu un blessé à une main et à un talon !

Et où, j’avais arrêté, les tirs des fellagas, en tirant sur la crête du piton

Plusieurs chargeurs (5) de M.A.S 49   dans leurs directions.

 

Nous aurions pu, ce  9/08/1961, tous subir,  l'extrême  sanction.

Si les fellagas prévenus, avaient repérés avant, notre position,

En descendant  l’Hamard Kraddou, et, en faisant incursion

Dans la vieille mechta où nous étions  en observation.

 

Dans  les fameuses   Gorges  de  Tirhanimine

Aussi, on aurait pu  « avoir »  "bonne mine"

Personne encore,  n'y avait pensé, la veille d’un 14 juillet

Au crépuscule, a  six avec le Lt   Caz .., à nous faire patrouiller

Au milieu de ces Aurès, en pleine nuit, vers minuit

Le 13 juillet 1961,  c'était une hérésie !

 

Les Gorges de Tirhanimine

 Les Gorges de Tirhanimine

Au retour d'une inutile et infructueuse embuscade

On aurait put aussi, attraper vraiment l'estocade !

Car, nous venions d’apercevoir, des  véritables fellagas

Assez nombreux, rejoindrent une vieille mechta

 

Sur le terrain nous avions eu déjà de la chance, le 28 mai précédent

Où dans leur sommeil nos camarades étaient  accrochés sérieusement

J’avais fait part, en allant à la garde, au radio A… dans la nuit

Que je venais de voir, des balles traçantes dans la direction Rhoufi.

 

Grâce à l'alerte immédiate  que j’avais donnée

Précipitamment au poste,  et aux tirs de mortiers déclenchés

Ce  ne fut que le poste radio, qui avait été transpercé

Une musette, une casquette, et un ceinturon, qui ont été troués

 

Remplaçant a la garde, mon camarade qui s'était endormi

Le 24/09/61 une rafale de  P.M  était partie dans la nuit

Dans ma direction, accidentellement. C'était mon meilleur ami

Une partie de la compagnie s'était réveillé avec le bruit

Les impacts de balles sur le petit mur, prés de moi, m’avaient laissé figé !

Ensuite très choqué ! Je ne pensais, ensuite, qu’a ce qui aurait put m’arrivé !

 

Le 17/1/1962, nous voilà parti de bon matin  « pour nous, » destination inconnue

Rien d’anormal, à signaler en route,  nous n’avions rien vu

La section s’était arrêtée, aux ordres de l’aspirant  chef de la section

Parvenue  dans un village, devant une des nombreuses Mechtas

Nous formions un demi-cercle, sans vraiment prendre position

L’aspirant voulu rentré seul, voir dans cette mechta

 

Sans ménagement, prit l’arme d’un camarade voltigeur

Qu’il arma avant de rentrer, (un pistolet mitrailleur)

La (sa) sortie précipitée, fut  « couronnée » de (succès ?)

Une rafale de P.M. à nos pieds,  devant nous, il  avait  déclenchée

Il n’y eu que trois blessés aux jambes  assez gravement

Mais pas trop dramatique,  heureusement,

 

A Tifelfel au bord de l’El Abiod, au sein de cette 3ème compagnie opérationnelle

A la  Section Ecarlate, nous faisions des km et des km a pied dans ce djebel

Tous les mois, il fallait changer les pataugas  à cause des semelles

Qui, avec l’usure, pour le crapahute, n’étaient plus, rationnelles

 

Toujours avec de la nourriture pour 48 h, et, seulement deux bidons d’eau

Des munitions, un sac de couchage, ou des couvertures dans le sac à dos

Sur le terrain, au bout de plusieurs heures de marches, c’était déjà la galère

Pour y aller, dans les camions en convois ce n’était qu’un repos éphémère

 

En opération, il fallait être toujours en grande forme, pour crapahuter

Pour les bouclages, avec la Légion,  acheminé en hélicoptères

Car les hélicos, souvent en plein djebel nous attendaient,

Ou  nous étions déposé, nous avions perdu  nos repères

Et derrière des rafales de mitrailleuses, il fallait gicler

Et ensuite, s'organiser pour le bouclage d'une zone présumée

Force-locale-Algrienne-002.jpgRassemblement pour le départ  (opération de contrôle)

Heureusement, certains chefs savaient bien lire, sur les cartes

Bien protégé pour le chouff, c'étaient mêmes, des parties de cartes

En attendant le ratissage, et, s'il fallait passer la nuit

Sur place, il fallait  fixer des   tours  de garde,  bien établis

Sur une liste, et surtout, bien les installés en périphérie

Eviter de faire du bruit

Copie de la dernière nuit de garde sur l' Hamard Kraddou - Les Aurés

 

 

Livreit

 

A Tifelfel, au cours de ces nombreuses patrouilles, aux alentours

Au bord de l’Oued El Abiod, que notre Sergent B…. G, appelés grenouillages

Pour nous raccourcir, nous ne prenions pas toujours les détours

Comme au retour d’une ouverture de route, suite à un déminage

 

 Nous traversions les petits champs qui étaient irrigués

Les beaux jardins prés de l’Oued El Abiod et la palmeraie de dattiers

 Vu ma grande taille, et mes grands bras, qu’il était agréable à la saison

D’attraper et de déguster, un raisin, un abricot, ou un brugnon

Sur le site de la Wilaya de Batna (copie) Article commémorant l'anniversaire de la mort d'un martyr de la guerre d'Algérie  dans les Aurés, que nous avons tous entendu parler dans les livres de l'histoire de la Guerre d'Algérie.

Dimanche 23 mars 2014   La wilaya de Batna commémore le  58ème anniversaire de la Mort du martyr symbole Mostefa Benboulaïd

           La wilaya de Batna a abrité les cérémonies commémoratives du 58ème  anniversaire de la mort du martyr héros Mostefa Benboulaïd ,cette commémoration qui a été organisé au sein de Nara, dans la commune de Menaâ, en présence du ministre des moudjahidine Mohamed-Cherif Abbas, du ministre de l’agriculture et du développement rural, Abdelouahab Nouri, du ministre des relations avec le parlement, Mahmoud Khedri²*(natif de Rhassira Web ), ainsi que les autorités locales civiles et militaires ,  a été marquée, par un message de son excellence Mr le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lu en son nom, à cette occasion, par Mr  Mohamed Ali Boughazi, conseiller à la Présidence. Au cours de cette cérémonie, des membres de la famille de Mostefa Benboulaïd ont été honorés ainsi que les  Vainqueurs du semi-marathon.          Cette cérémonie a été marquée par la pose symbolique de la première pierre  du projet de réalisation d’une salle de conférence de 250 places  a Nara, qui abritera la commémoration, en 2015, du 59 ème anniversaire.

Il a fallu aller à Rhassira²*, sur ordre de l’aspirant, sans arme à feu

Annoncer  la signature des accords d’Evian, et le cessez-le-feu

Dans ce village, le soir du 19 mars 1962, nous n’avions pas accepté

Car là-bas, ou en route, des problèmes auraient pu nous arriver.

Mais, même avec les armes et des munitions dans les poches ce n’était pas suffisant

À notre arrivée, tous les habitants sortaient des mechtas vivement

Nous n’étions pas assez nombreux vis a vis de toute cette population

Qui n’a pas eu à notre égard de mauvaises réactions.

 

Heureusement, car les hommes du maquis

Et les fellagas du secteur de Rhoufi

Prévenus, étaient tous de retour dans leurs foyers

Par obligations, quelques poignées de main furent serrées

Et nous avions pris le chemin du retour avec soulagement

Pour cette dernière patrouille (armée) et rejoindre notre campement.

 

« Après beaucoup d’autres, péripéties »

Le 19 mars 1962    la guerre étant enfin finie !

 

  -Avant  mon arrivé en Algérie, 7 camarades de la Vienne de mon Bataillon était déjà morts pour la France. Un autre  de la Vienne devait décéder en 1961, sur les 13 militaires de mon régiment qui laissèrent leurs vies en 1961 dans les Aurés.  (116 morts pour la France  au total au 4ème B.C.P) 

 

Depuis mon retour d’Algérie, en mémoire de tout ces morts

En Algérie, tout les ans devant un monument aux morts

Pour la commémoration, de ce jour anniversaire

Toujours excité, je ne peux oublié de penser,

De  cette  rencontre du 19 Mars 1962, avec nos adversaires

Et,  je tenais par ces lignes,  à le souligner,

 

-   ce  moment fort  d’émotion, ressenti ce jour-là,

Au milieu de cette population de Rhassira

Qui allait pouvoir vivre, enfin « leur vie »

Et qui,  surtout nous avez laissé en vie !

     Là- bas, malgré nous, dans cette guerre en Algérie

Dans ce pays, dans ce djebel, tout prés de Rhoufi

Nous en avons gardé, une éternelle nostalgie

 Et nous n’en serons jamais, véritablement guéris

Car nous avions appliqué, une mauvaise stratégie

   Et « nous » en serons culpabilisés toute notre vie

juste-avant-la-bas-j-y-etais-seul-seul-avec-le-capitainegoetz.jpg

 

Puis vint,  la rencontre le 3/04/1962 entre les chefs de notre armée

Et les chefs fellagas du secteur,  toujours armés,

Je n'ais pas eu,  le privilège* de voir un de ceux-ci

 Avec ses compagnons aux environs de  Rhoufi*

Un des  chefs  fellagas de la Willaya 1  du secteur

Qui, lui, pendant 5 ans dans les Aurès,  nous avaient semé la terreur

 

                            *« Je n’avais pas été désigné dans l'équipe pour accompagner cette mission »

                                « contact technique » Paris Match  du - 14 Avril 1962

                          « -  Entre chefs français et de l' ALN pour fixer le stationnement de cette dernière »

Photo du site du 4eme hussard

Sans Photo de cette rencotre de Rhoufi? je mets celle du 4ème Hussard du S-Lt Monot

************

A Rhoufi, où, il a fallu aller en renfort pour récupérer

Nos camarades,  qui, (éméchés ?), s’étaient « amusés »

Dans le poste, le départ  étant  proclamé. ! De bien l’arroser ?

Et des munitions ? Sur tout le village,   ils avaient inconsciemment consommé

 

Avant de quitter, Tifelfel (définitivement le 12 avril 1962),  sur une magnifique photo

Du Sergent A…… dans la cour, dans les bras, on me voit avec deux seaux

Je me rappelle avant de partir, dans ceux-ci, j’avais mis trop d’eau !

Cela d’ailleurs,  m’avait valu, du caporal P….,  quelques mots

 

À Tifelfel, il y avait bien aussi, quelques sots

On m’avait dit d’aller chercher, de la farine,  et de prendre de l’eau

Comme à l’armée, il faut bien se tenir….

« Chercher à comprendre, c’est désobéir ! »

1934 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

51 ans aprés nous remercions la personne qui nous a fait parvenie un message (copie extraite de celui-ci)

" - A la mi-mars 1962, je fus convoqué - et transporté par hélicoptère luxe rare et par conséquent inquiétant - au P.C. du bataillon. Le capitaine pilote de l'hélicoptère me fit entendre par son interphone au cours du vol qu'une mauvaise nouvelle m'attendait à l'arrivée. En effet, à peine débarqué, mon patron m'informait que le colonel commandant le régiment, ayant reçu mission de mettre sur pied deux unités élémentaires regroupant l'ensemble des personnels appelés F.S.N.A. du régiment, avait décidé de me confier le commandement d'une de ces compagnies."

- "Presse et radio avaient déjà parlé de ce projet et il nous avait paru plus que probable que ces unités, entre les mains de "l'exécutif provisoire" - à la tête duquel avait été mis un FLN notoire que l'on venait de sortir de prison pour cela - seraient immanquablement appelées à faire tampon entre les deux communautés qui s'affrontaient quotidiennement et donc à se trouver confronter à des situations dramatiques." 

" En effet, la note de service fixant les modalités de mise sur pied et d'emploi des UFL prévoyait, pour un effectif total de 202 personnel, seulement 2 officiers, 6 sous-officiers et 17 hommes du rang FSE, tout le reste de l'effectif, soit 1 officier, 16 sous-officiers et 177 hommes du rang, étant réalisé en regroupant l'ensemble des appelés FSNA du bataillon. J'obtins à la fois de conserver la quasi-totalité de mes anciens cadres et de porter à 52 - soit pratiquement deux sections de combat - le nombre d'appelé FSE. Ceux-ci seront, pendant les trois mois qui vont suivre, les seuls personnels armés et assureront la sécurité de mon cantonnement."

 

Détachés   pour une incroyable mission

Au service   de notre nation

 

Une force locale de l’ordre Algérienne*, fut crée à Challain en France

Où, il y avait trois ministres et quatre délégués pour  la France

Et  sept délégués du F.L.N*², dans le Jura le 12 février 1962

Cela devint par la  suite, les accords d’Evian du 18 mars 1962

 

              * des crédits furent votés par les parlementaires français, en novembre 1961  

                               *²  F.L.N. Front de libération Nationale

Simple troufion, après le 19 mars 1962, pour la période de transition

Dans la force locale de l’ordre Algérienne, j’ai donc été mis aussi à la disposition

Et aux ordres de l’Exécutif Provisoire Algérien, comme d’autres européens

Sur décision, pour l’encadrement militaire algérien.

Décret  62-306 du 19 mars 1962 Journal Officiel du 20 Mars 1962 

Contrairement à  Michel Debré, qui,  avec le gouvernement,

En France, le 12 Avril  1962, était   démissionnaire

Nous, Européens, Militaires du contingent,

Il n’y a pas  eu d’objection à faire

 

Tout citoyen a le devoir, pour mourir pour sa patrie, mais nul n’est tenu de mentir pour elle           « Montesquieu»

 

En Algérie, pendant cette période  il fallait se taire

Plaire, et être continuellement  exemplaire

Malgré notre situation toujours précaire

Nous  étions, que de simples MILITAIRES

Nous n’avions jamais été VOLONTAIRES.

Et nous n’étions pas « des mercenaires ! »

 

Et après avoir serrer la main le 19 Mars 1962, a quelques-uns de nos adversaires

Il a fallu ensuite, pendant 85 jours, « que moi j’accueilles » au poste, « un émissaire »

Nous devions représenter correctement notre NATION,  «  sous  la bénédiction »,

De l’armée nationale de libération  (A.L.N*)  « SANS     MEDIATISATION »

Pour servir  notre patrie, la France, comme cela avait été décidé

A Challain, aux Rousses et à Evian par les plus hautes autorités

 

Au début, nous étions que 25 Militaires Français européens

Dans cette nouvelle unité de l’armée Algérienne, au service du peuple Algérien

Dans la force locale de l’ordre 434, il a fallu beaucoup de patiences

Avec le rassemblement  de tous ces militaires musulmans, de toutes tendances

Au milieu de ce djebel des Aurès, à Tkout entre Arris et Biskra

Ou, pendant de trop nombreuses années, nous avions combattu les fellagas

Sous la surveillance du G.P.R.A, Gouvernement  Provisoire Algérien

Renforcé, depuis peu, par les anciens de l’A.L.N*,  anciens prisonniers

Qui, de France, avaient été libérés, au service de l’Exécutif Provisoire Algérien

Sous la Présidence de, Aderhamane Farés, ancien prisonnier, lui aussi, libéré

 

Depuis le cessez le feu, dans ce milieu qui nous devenait étranger

Sur toutes les mechtas des Aurès, des drapeaux verts et blancs flottaient

Dans la force locale de l’ordre Algérienne, pour notre coopération

Nous, européens du contingent, nous avions eu droit, à aucune gratification

 

Personne aussi  n’avait songé, ensuite à nous rapatrier

De Tkout, pour nous protéger, pendant cette période troublée

Comme  cela a été fait,  avec des avions de l'armée

Pour certains harkis, en particulier, « les amis d’un député »

 

Bien informer, pourtant ceux-ci, avaient bien eu le temps de choisir

En prenant l'argent du licenciement de l’armée,  et  de déguerpir

Car dans  l'armée Française les harkis étaient aussi, déjà  bien payés

Et avec le  F.L.N, tous,  un jour  ils avaient dû collaborer

http://www.afrik.com/article26785.html 

De temps en temps, on parle  de la guerre  l'Algérie et de  la… torture

Moi, je suis sûr,  que  pour "nous" en  (force locale) il y eu… la   « censure »

Nous, les  Militaires, Français européens, qui étaient détachés

Dans cette troublante  période transitoire, personne n’en a parlé* ?

              *(Sauf nos lecteurs nous écrivent dans Historia Magazine du numéro 369)

                 Et  depuis le 19 Mars 2007,  le Journal  Centre Presse  de la Vienne

 

Dans l’après-midi du 15/05/1962, sur l’Hamard Kraddou dans les Aurès

À 1900 m d’altitude, au bord de ces nombreuses falaises pleines de rudesse

Au sommet où, pendant la guerre les troupes ennemies étaient embusquées

Et où un Nord Atlas  s’était aussi écrasé,  j’ai eu, tout le loisir de contempler

 

Pendant quelques merveilleux instants, la vallée sur Tifelfel.

En  Jeep, avec le chauffeur M…..et le Capitaine Goetz au milieu de ce djebel

Au cours d’une (randonnée) pendant quelques secondes, il m’est venu en mémoire

Tout ceux, qui, sur ce lieu, avaient laissé leur vie pour un moment d’histoire

Tkout 

En fin de journée, en bas du village, sans aucunes protection,

Des véritables parties de football,  étaient organisées,

Par les militaires européens pour ceux qui voulaient  y participés.

En toute « décontraction » devant cette inconfortable situation

 

Un Capitaine Français de métropole, un Lieutenant musulman de l’ALN de  Tunis

Et, deux 2ème  Classes, militaires français européens du contingent P.. et B… se trouvait réunis 

Dans la cour de la gendarmerie de Tkout, le 26 avril 1962  un briefing à 4 improvisé !

Suite à une  grève au rassemblement, que les militaires musulmans  avaient décrétée

 

Nous devions   prendre une position irréprochable et exemplaire

Dans la  discussion qui s’était instauré, l’internement du « meneur » fut décidé.

«  Pour contestation et  non respect de la discipline militaire »

Dix jours de cellule  dans la  « prison de Tkout » lui furent  infligés

 

Mais pour nous,  il a fallu se reconvertir en gardiens de prison

A Tkout en 1953 ? Le bâtiment avait bien été construis pour une prison

B… et moi, nous avions accepté de dormir dans l’armurerie

Pour en même temps,  garder  toutes les armes de la compagnie,

 

Celles-ci n’ont pas put servir, pendant ces dix jours

Attachés au râtelier, elles n’étaient d’aucuns recours

Pendant toute cette période, sur ordre on s’était bien barricader

À coté de la cellule, le P.M, jour et nuit sous l’oreiller

 

Le  5  juin 1962 ! Sur cette terre d’Algérie, sur la route d’ Alger-Guyotville !

Arrivant des Aurès,  Quel fabuleux  souvenir encore ! En traversant les villes !

Dans les  camions en convois  avec les musulmans de l’unité 434, de la force locale,

D’être acclamés en triomphateur ! Par toutes  les populations locales.

 1er juillet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1juillet 1962

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je cherche toujours des photos de cet accueil chaleureux

Pour cela, jusqu'à maintenant, a ce jour je n’ais pas été chanceux

Si, de notre arrivée, toute la population avait été avertie

La presse et la radio,  l’avait bien été aussi ?

 

Heureusement,  nous,  les appelés du contingent

Maintenus sous les drapeaux et en détachement

Nous,  nous ne savions pas que c'était avec des armes substituées

A notre armée, qui avaient servis à  l’O À S* pour  tuer, a Alger

Nos 15 camarades  en mission, sans défense, appelés  du contingent

 Le 23 Mars 1962et aussi les nombreux civils innocents 

Déclaration de guerre de l'OAS (19 mars)  "que j'ai entendu au poste de Radio en Algérie à Tifelfel"

En réponse à l'annonce du cessez-le feu, le général Raoul Salan (chef de l'Organisation armée secrète) s'adresse aux anti-indépendantistes d'Algérie qu'il incite à la rébellion contre l'État par le biais d'une allocution radiodiffusée:             « Ici Radio-France, la voix de l'Algérie française. Français, Françaises, un cessez-le feu qui livre à l'ennemi des terres françaises vient d'être consenti. Il s'agit là d'un crime contre l'Histoire de notre nation. Je donne l'ordre à nos combattants de harceler toutes les positions ennemies dans les grandes villes d'Algérie. »

http://www.ldh.toulon.net/spip?article4395  faire copié et retourné sur google

 Copie) pour comprendre         "- Le 19 Mars 1962, l'OAS est arrivée à l'apogée de sa puissance grâce en particulier à la neutralité bienveillante de l'Armée. Les accords d'EVIAN ayant été signés (Krim Belkacem et Joxe), il n'y a plus rien à perdre. SALAN ordonne la guerre totale. Dans les différentes décisions prises certaines vont se révéler néfastes: La création des maquis qui auront une vie éphémère et l'ordre de désarmer les unités de l'armée qui pénètreraient dans Bab El Oued.

 Signature du Cessez-le feu

- 20 Mars 1962 : Grève générale OAS à ALGER et ORAN.

- 21 Mars 1962 : Affrontement à SAINT DENIS du SIG entre Harkis et FLN : 100 morts de part et d'autre.

- 22 Mars 1962 : l'OAS tire 6 obus de mortier sur le bas de la CASBAH: 24 morts, 50 blessés. Les condamnés FLN sont amnistiés. Une patrouille blindée de la gendarmerie mobile est attaquée en plein centre d'ALGER : 18 gendarmes tués, 25 blessés.

- 23 Mars 1962 : Hold up OAS à ORAN : 2 milliards de francs (anciens) dérobés.
BAB EL OUED :  Le désarmement de plusieurs patrouilles par l'OAS tourne à l'affrontement faisant plusieurs morts parmi les militaires. A midi bouclage total de BAB EL OUED par l'Armée. Affrontement toute la journée avec intervention des blindés et de l'aviation : 15 tues et 77 blessés chez les forces de l'ordre, 18 tués et 58 blessés chez les civils. BAB el OUED restera bloqué plusieurs jours, les gendarmes dévasteront les appartements sous prétexte de fouille et les arrestations sont nombreuses (15.000). Les commandos réussiront à s'échapper avant le bouclage avec l'aide des Deltas de DEGUELDRE et d'un colonel sympathisant qui tardera à verrouiller le coté de St Eugène.
A ORAN les combats entre gendarmes et OAS font 10 morts. le préfet de Police se réfugie à Mers El KEBIR

- 25 Mars 1962 : Arrestation (par hasard) à ORAN du général JOUHAUD, du lieutenant de vaisseau GUILLAUME ("Le CRABE TAMBOUR") et du commandant GAMELIN. Des officiers sympathisants, en détournant une opération de bouclage pour saisir l'émetteur pirate de l'OAS, font perquisitionner un immeuble front de mer où se trouvait le numéro 2 de l'OAS. JOUHAUD qui disposait de papiers en règle est néanmoins reconnu in extrémis par un policier.

- 25 Mars 1962 : Création du maquis OAS de "l'OUARSENIS". Une centaine d'hommes embarque dans un train "affrété" par l'OAS, avec à leur tête le capitaine POUILLOUX et accompagnée par le colonel GARDES. L'objectif est de contrôler un territoire qui semble propice avec à l'intérieur les 15.000 hommes du bachaga Boualem, un bataillon de Tirailleurs commandés par la commandant BAZIN et de nombreux officiers SAS acquis au mouvement. Les soutiens espérés se manifestent parcicieusement, l'aviation réagit vigoureusement, l'Armée Française s'allie au FLN pour combattre les maquisards ... Le Commandant BAZIN, blessé, sera exécuté par le FLN, une dizaine de maquisards tués et 91 faits prisonniers. Cette opération se solde par une hémorragie de cadres : Parmi les personnes arrétées : les capitaines POUILLOUX, MONTAGNON, les lieutenants DELHOMME, BERNARD, "MADAOUI",""

O.A.S ; (organisation de l'armée secrète 

 [3286 militants de  (l'OAS) furent condamnés)   

       Et…… amnistiés ensuite…?

Pourtant  (voir sur Internet)

L’Organisation d’une Armée Secrète (OAS) a proclamée la stratégie de la «terre brûlée», et visent la destruction de tout ce qui peut « handicaper économiquement le jeune Etat pour des années à venir» . L’OAS a ainsi ordonnée que des « exploitations agricoles, des bâtiments publics, des magasins et entrepôts, et même certaines cultures dans les domaines agricoles doivent être détruites plutôt que de tomber entre les mains de musulmans»   (J'ai été témoins de ces destructions, encore, au mois de juin1962 aux environs de Guyotville)

Vidéo Ina - Inter actualités de 12H30 du 19 août 1962, vidéo Inter ...

 
LES TITRES - MICHEL HONORIN PARLE DES CHEFS DE L'OAS, DE LEURS VOYAGES, DE LEUR ACTION ; ACTION DE L'OAS EN METROPOLE. - (A 4'15") ...

 

A  Issoire 63, de 1957 a 1961, Il y avait un Centre d’Entraînement de Moniteurs de la Jeunesse d’Algérie 

                5000  Elèves, y furent  formés,  dont certains, venaient de  l' ALN  (- de Lapeyronnie - Un ancien cadre du centre)  

 

En Algérie, l’ancien centre de formation de la jeunesse Algérienne

Qui avait été  plastiqué par l’O.A.S  à  Guyotville, prés d’Alger

Etait la base du cantonnement de la force locale 434  Algérienne

Le vendredi 15 juin ? En urgence, il fallait rejoindre Alger

 

Dans la jeep, sur la corniche, je m’étais retrouvé à la place du chef

Avec la trouille, à côté du conducteur qui était le Capitaine Goetz,  mon chef

J’étais devenu  accompagnateur, d’un  vénérable et respectable conducteur

La jeep  roulait  trop vite pour  rattraper le retard  pris à la recherche du chauffeur

 

Je n’arrivais pas,  dans les virages à bien  me tenir

Et, je ne pouvais pas dire, au chauffeur avec ses trois barrettes, de ralentir

Je  n’avais pas eu, le temps contempler ce sublime paysage

De la  Méditerranée ( La Grande bleue)  et ses beaux rivages

 

A Alger, au cours de cette mission, s’il nous était arrivé, le moindre accrochage

Personne, nous aurait retrouvé, pour nous rendre un dernier hommage

Ce soir là, une déflagration mutila l’Hôtel de ville, victime d’un plasticage

Où avaient été réunis  en secret, quelques heures avant, toute sortes de personnages

                                   

                                          .Enormes dégâts sur les sept niveaux du bâtiment, 17 soldats français y trouvèrent la mort.

                            Photo EPC Armées ;   Livre de Vitalis Cros ;   Presses de la Cité    Paris 1971 retrouvé à Colmar en 2009

juste-avant-la-bas-j-y-etais-seul-seul-avec-le-capitainegoetz.jpg

      Dans cette guerre d’Algérie, j’ai enduré beaucoup de souffrances

Car,  j’ai   connu  presque toutes les séquences

Au retour, avec mes ennuis de santé, lorsque  j’étais  souffrant

Souvent, j’ai fait ensuite, des cauchemars effrayants

De  tout « ces événements d'Algérie »

Qui m’ont poursuivi toute ma vie !

 

Car en Algérie, après huit ans de guerre

Qui,  pour beaucoup, fut « meurtrière »

Sur cette terre  Française, qui nous devenez étrangère

-    sur ordre, aller serrer la main de nos adversaires,

À Rhassira le soir du 19 mars 1962, on avait « bonne mine » ?

-   et à pied ensuite, dans les Gorges de Tirhanimine !

En patrouille,  pour des  séances « photo »

Et en prenant le café, (on) je ne chantais (t) pas  cocorico

-  en côtoyant dans les Aurès, dans le village de Tifelfel,

Après le 19 mars 1962,  les fellagas de retour du djebel.

 

Planton,    « - j’ai accueilli du 15 avril 1962  au 3 juin 1962 !

À Tkout  dans les Aurès,  tout les matin, un Lt de Tunis de  l'A.L.N.

- et  j’ai encore accueilli, à Guyotville ensuite du 5/06/62 au 1/07/1962

Dans les mêmes conditions, le même Lieutenant de L’A.L.N »

 

2ème classe, militaire Français européen (F.S.E)*

« Aux ordres de l’Exécutif provisoire Algérien »

 

  Avec un camarade, nous avons été accueilli par un détachement de l’A.L.N

Qui nous ont présenté les armes  à Guyotville,   en ville,   le 10 juin 1962

Lors d’une mission, à l’infirmerie provisoire de l’A.L.N.

Avec le brassard de la Croix Rouge, en  ce printemps de 1962

Et  reçu, ce même jour ensuite, par des responsables de l’A.L.N* »

*Armée de Libération Nationale

 

« -  et, ensuite en ville, nous avions patrouillé,

Avec J…* le chauffeur  aussi de la Vienne,  le 1er juillet

Et le Capitaine* G…dans la jeep de notre armée,

Sous très haute protection de l’A.L.N disciplinée »

*F.S.E.   Français de souche européenne

Il fallait  aller à l’ouverture des bureaux de vote, et très peu  l’on fait ?

Ce jour-là, au cantonnement en Algérie,  « nous étions tous consignés ! »

Et ce soir-là, nous étions prit en otages et fait prisonniers !

Video Inter actualités de 19H15 du 2 juillet 1962 notice archives ...

www.ina.fr/video/PHD94018595

Par les parlementaires, à l’unanimité  cela  fut décidé !

Le 18 octobre 1999, la  loi  - n  99-882 était promulguée

Et  toute  cette période transitoire  est   occultée ?

En temps de Guerre … !  Encore… ?   C’était *…!

Malgré mes démarches  répétées, aux plus hautes autorités

Depuis 1991, pour mon « devoir de mémoire » justifié**

***************************************************************************************************************** 

-  . La  Loi  99- 882 du 18 octobre 1999 - Guerre d’Algérie du  1/ 11/ 1954 au  2/ 07/ 1962  fut décidé par le parlement Français

Celle-ci  à  modifié,  « la loi 74 - 1044,  opérations de maintien de l’ordre »,«  en  Guerre », -  sans modifier les dates !.

 ** « La Guerre en  Algérie ne concernant, que la période du  01/11/1954  au  19/03/1962, » (Ensuite c’était presque la même chose pour certains ?)

Car il est  à signaler    «Que l’intelligence avec l’ennemi  et la collaboration sont, en temps de guerres considérés comme crimes de guerre et donc passible de la peine de mort ! »

Voir la photo de début avril 1962, de l’E.C.P A, dans le   Livre de Vitalis Cros ;  Presses de la Cité    Paris de 1971 retrouvé à Colmar qu’en 2009 ou, l’Exécutif Provisoire Algérien au grand complet, est photographié à Rocher Noir, devant  des journalistes du monde entier et une foule rassemblée et où, le drapeau Algérien flottait,  à  côté du drapeau français début avril 1962

Ces lignes n'ont plus lieu d'être  depuis le 7 décembre 2012

************************************************************************************************************************************************************ 

Heureux celui qui a compris, qu’il ne fallait pas chercher à comprendre

 

Nous avons tous été traumatisés, de cette période Gaullienne !

Qui n’est pourtant pas encore, de l’histoire ancienne?

Pour tous mes anciens camarades militaires, appelés du contingent,

En 1962 en  Algérie, militaires,  et tous  anciens combattants

 Détachés pendant la période transitoire dans les forces locales algériennes

Il fallait, pour mon « devoir de mémoire », que par écrit, j’intervienne

Pour rétablir une vérité…, quoiqu’il advienne.

En ayant une pensée pour tous mes anciens camarades de France et de la Vienne

Afin que, nos petits enfants, lycéens et lycéennes, collégiens ou collégiennes

Au lycée et  au collège aussi,  ils apprennent et plus tard,  se souviennent.

                 

« Pour que la jeunesse d’aujourd’hui n’oublie pas celle de d’hier et qu’ensemble, nous oeuvrions chaque jour pour la paix » - - De  Ségolène Royal     Inauguration du Mémorial Départemental A.F.N de la Vienne  a la Roseraie de Poitiers  en 2007» 

 

Mes camarades sont toujours blessés de ces événements,

Car ensuite, nous avons été oubliés de la Nation, complètement.

Qui à la suite de recherches, j’ai retrouvé maintenant,

Habitent dans 15 départements de France, 

 (Nous étions en majorité, simplement des hommes du contingent ?)

 

Ils ont connu, début juillet 1962, l’humiliation et la grande frayeur

Et  avaient été accusés et considérés, par notre Armée, de déserteurs !

Il est vrai que tout les médias, dans tout les bulletins d’informations

Et toutes  les heures, sur toutes les radios, annonçaient  notre disparition, en  désertions!

Pourtant physiquement, mes camarades Anciens Combattants,  que j’ai approché

Depuis 1992, eux aussi, autrement,  heureusement, peuvent toujours  témoigner.

 

Incroyable !  Et  Inoubliable !

Le souvenir, pour moi, et mon camarade des Deux Sèvres  J…C... infirmier

Le respect, que nos anciens adversaires et les infirmières  nous avaient témoigné

Eux,  qui étaient de l’autre côté, et, nous avaient combattus, dans les Aurès, avant le 19 mars 1962

Avec qui, ensemble, nous prenions le café, à la même  table, à Guyotville,  le 10 juin 1962 !

 

Par ces lignes je voulais en être évocateur !

C’est un peu    provocateur !

Malgré une tenace  rancœur

J’ai toujours voulu être,  pour la paix des cœurs

Car je n’ai jamais été un menteur.

C’est pourquoi, je me suis mis, dans la peau d’un auteur

Qui,  pour le moment, fait très bien mon bonheur

Pour calmer mon cœur

                                               Le linot  le 19 Mars 2004  Modifier le 19 mars 2007 et en 2009

 

 Quel gâchis !          

Quelle gabegie !

La Guerre d’Algérie !

«  ON  M’AURAIT MENTI… ?  »

« Quiconque écrit l’histoire de son temps doit s’attendre à ce qu’on lui reproche tout ce qu’il a dit … et tout ce qu’il n’a pas dit. »   Voltaire 

« On peut tromper, tout le monde, quelques temps

On peut tromper, tout le temps, quelques-uns

 On ne peut pas tromper tout le monde, tout le temps »

µµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµµ

C'est pourquoi ci dessous, j''ai fait copié-coller,  pour un extrait de la page d'accueil  du site de notre ami Michel Bousignière    

 "Mon service militaire pendant la guerre d'Algérie"     AURES

 

Retraité, avec plus de temps libre, j’ai eu l’envie comme beaucoup d’autres, de raconter ce que fut pour moi la guerre d’Algérie.

     Incité par le déferlement médiatique, qui de nos jours tente de retracer cette page de notre Histoire avec des objectifs bien ciblés : la torture, les massacres ou le viol, semant ainsi le doute et la confusion, il m’a semblé nécessaire de faire ce travail de mémoire.

     A la télévision, de nombreuses émissions suivies de débats, poursuivent les mêmes objectifs. Inutile de vous porter candidat, si vous n’êtes pas porteur du même message, l'audience est à ce prix.. En ce qui concerne les téléfilms romancés, avec comme toile de fond, la guerre d’Algérie, la sensibilisation est souvent la même. Rare sont les films qui ne présentent pas quelques scènes de jeunes militaires violant des femmes en cours de patrouilles. Certes, il y a eu beaucoup d’abus et d’exactions perpétrées au cours de cette guerre, tant par le FLN que par l’armée française dont les ordres émanaient de la plus haute autorité de la nation, exécutés le plus souvent par des officiers supérieurs. Il est évident que l’Etat doit reconnaître ses torts. Mais, ce n’est pas pour autant, qu’il faille laisser supposer aux générations actuelles qui sont en partie nos enfants, que tous les appelés et rappelés du contingent qui ont participé à ce conflit, étaient des assassins, des tortionnaires ou des violeurs.

    Près de trois millions d’appelés et de rappelés ont participé à cette période difficile de notre Histoire. Ils ont pour la plupart effectué courageusement les missions pénibles d’opérations de combats dans les djebels qui leur étaient imposées, sans commettre d’acte d’exactions. Aujourd’hui, ils n'ont rien à se reprocher et leurs enfants  n’ont pas à douter du passé militaire de leur père.

    J’espère que bien d’autres encore de ma génération, qui ont vécu cette période douloureuse, prendront le temps nécessaire pour faire ce travail de mémoire et d’écrire leur guerre d’Algérie.

  Ne laissons pas aux autres raconter notre Histoire.

******************************************************************************************************

 http://www.algeria-watch.org/fr/article/hist/1954-1962/bagne_secret.htm

 

 *********************************************************************************************************************************************************************************************

 Voir  suite.....   article paru sur le journal centre presse de la Vienne le 19 mars 2007 sur le site  -  pages   "nos cent jours en force locale"

et    La liste des disparus de mon régiment le 4ème BCP dans page suivante

 ********************************************************************************         

A l’indépendance BOGHARI / Ksar el Boukhari est le théâtre de violents accrochages militaires inter-algériens entre les troupes du MNA et celles de l'ALN qui occasionnent 600 morts les 30 aout et premier septembre 1962

          ***********************************

Merci pour la visite de mon site, yvon-priou@orange.fr

Commentaires (3)

1. Charlot 21/12/2012

D'autres mémoires a regarder
dimanche 02 décembre 2012, à 21:47
En Algérie : " Nos relations avec les harkis, par Maurice Faivre."
Etudes coloniales - Algérie-Maghreb histoires

2. guerbai 06/05/2012

je suis chaoui de t'kout.si vous avez encore des photos de t'kout sont les bienvenus.jr vous remercie de m(avoir envoyer la photos de mon jardin avec un grand olivier tout pres du camp. merci

3. Les Amis d'Yvon 22/11/2011

Contrairement, à l'armée Française qui aurait dû, - nous, militaires FSE (Militaires de souche européene) - nous retirés avant le 1er juillet1962 des forces locales Algériennes, et, nous avez donc abandonner,
- Nous remerçions - les Militaires de l'A.L.N de nous avoir laissez en vie,en se faisant respecter des hommes qu'ils venaient d'avoir sous leurs autorités, suite à la prise d'otages du 1er juillet 1962 a Guyotville

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 09/05/2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×